Chasse au faisan: 7 astuces de vieux briscard

Chasse au faisanLe faisan est une des espèces les plus chassées de France. À ma grande surprise, le nombre de prises et même supérieur à celles du lièvre.

Voilà un animal très intéressant. Il est majestueux, prudent, rapide et rusé. Par conséquent, un faisan sauvage (et pas une pauvre bête élevée et lâchée) est difficile à toucher.

Vous avez sûrement des souvenirs très précis de chasse au faisan. Que ce soit en plaine au début de l’automne, ou bien plus tard dans les bois, le bruit caractéristique de son envol et sans doute quelque chose qui vous a marqué.

Flap flap flap.

C’est aussi un animal difficile à toucher. Très souvent, le chasseur surpris se précipite et tire derrière.

Dans cet article, j’ai décidé de vous donner des astuces pour mieux chasser le faisan et augmenter votre nombre de prises.

1 : le faisan se chasse bien en fin d’après-midi

Ce moment de la journée est très propice.

Pourquoi ?

Le faisan va aller s’alimenter dans les champs durant l’après-midi, et va se déplacer à nouveau vers son habitat une fois qu’il sera bien rassasié.

La fin d’après-midi et donc un moment durant lequel de nombreux faisans bougent et se rendent visibles.

Soyez donc patients. Il est fort possible que vous n’ayez encore rien vu à midi, cela ne veut pas dire que la zone est dépourvue de faisans. Vous aurez de grandes chances de croiser à nouveau un peu plus tard.

2: le chasseur de faisan est aussi discret qu’un chasseur de cerf

Je suis toujours étonné de voir à quel point les chasseurs de grand gibier sont attentifs aux bruits.

N’importe quel promeneur du dimanche, en forêt, sait qu’une biche va s’enfuir au moindre craquement de bois. C’est pour cette raison que les chasseurs de grand gibier sont très vigilants, et ne claquent pas les portes de leur véhicule lorsqu’ils se garent à la lisière de la forêt.

Le faisan entend tout, et il est très prudent.

C’est une chasse de silence. Ne parlez pas. Maitrisez votre chien. Prenez votre déjeuner sans grands éclats de rire. Ne claquez pas les portes de voiture.

Je vous conseille également d’investir dans une tenue de camouflage, nettement plus discrète qu’un bon vieux treillis beige ou vert kaki.

Autre astuce : portez des gants camouflage. Les mains ressortent énormément si vous avez une panoplie camouflée complète : chaussures, pantalon, veste, et bonnet. Vos mains seront comme 2 taches claires qui gigotent. Très repérables. Investir dans une paire de gants camo (chauds pour l’hiver, légers pour les belles journées) vous permettra d’augmenter considérablement votre discrétion.

Faites aussi attention au vent : cet oiseau se chasse mieux avec le vent dans le nez que le vent dans le dos, simplement pour qu’il ne vous sente pas arriver.

De cette façon, vous éviterez d’éloigner le gibier.

3 : vous aurez besoin d’un chien bien dressé

Cela semble une évidence : un chien bien dressé est un plus, quels que soient le gibier et le mode de chasse. Mais avec un animal aussi fulgurant que le faisan, et avec une aussi bonne ouïe, il est fondamental que votre chien obéisse au doigt et à l’œil.

Proche de vous, marquant l’arrêt, fouillant avec méthode le moindre mètre carré de terrain, de fourrés.

Le chien idéal pour la chasse au faisan ?

Un bon chien d’arrêt. Braque, épagneul, griffon. Le labrador pourra aussi être une aide précieuse, surtout s’il a le poil clair. Car cela le rend moins détectable en plaine. Si vous allez explorer les fourrés, un cocker ou un Springer anglais sera parfait.

4 : le faisan est malin, soyez encore plus malins que lui pour le chasser

Voici une astuce que j’ai pu observer dans un champ de pommes de terre dans le Pas-de-Calais.

Les chasseurs avançaient extrêmement lentement et marquaient des pauses.

Oh, comme cet animal n’aime pas cela.

Si vous avancez de manière régulière, le faisan sait gérer la situation. Il pourra se terrer, ou anticiper votre venue et s’éloigner encore à temps.

Mais le fait d’avancer de façon lente et régulière, puis de s’arrêter, lui joue à chaque fois des tours. On dirait qu’il a du mal à comprendre ce qu’il se passe.

Généralement, vous lèverez mieux le gibier avec cette stratégie. Évidemment, là encore, vous aurez besoin d’un chien parfaitement obéissant. Il ne faudrait pas que votre compagnon, trop impatient, se jette trop tôt sur le gibier.

5 : chassez quand les autres s’arrêtent

C’est un truc de vieux briscard.

Évidemment, il est fort probable que vous ne soyez pas le seul groupe de chasseurs sur le territoire. Mais je sais une chose : entre midi et deux heures, les ventres grouillent. Et les chasseurs s’arrêtent manger leur sandwich.

Essayez de vous glisser dans l’esprit d’un faisan juste pendant quelques instants.

Toute la matinée, il a perçu les bruits des chiens, les chasseurs, entendu quelques coups de feu. L’animal est en état de stress, et particulièrement prudent. Il se cache.

Pendant la pause déjeuner, tout ce vacarme s’arrête. La tension du faisan redescend. Et il va se rendre plus visible.

Ne mangez pas à midi, mais vers 14h30. Vous verrez, pendant ce temps 12h/14h, non seulement vous serrez seuls, mais vous croiserez plus d’oiseaux. En plus de cela, vous aurez plus d’énergie pour continuer la chasse en fin d’après-midi, comme expliqué dans les points précédents.

6: pratiquez la même zone année après année

J’aime dire que chaque gibier manqué est une leçon qui vous fera progresser.

C’est particulièrement vrai pour la chasse au faisan.

Étudiez les trajectoires de l’oiseau, repérez les endroits qu’il rejoint. En cas de danger,l’instinct nous ramène toujours à notre abri préféré.

Année après année, vous maîtriserez votre zone de mieux en mieux, et vous connaîtrez à l’avance les trajectoires favorites du faisan.

Vous lui laisserez ainsi moins de chances.

Imaginez : vous savez où il aime s’alimenter, à quelle heure, et où il va revenir ensuite. Vous pouvez croiser sa route au bon moment. Vous arriverez alors à augmenter votre nombre de prises année après année.

7 : le froid est l’allié du chasseur

Le faisan beaucoup plus prédictif quand le temps est froid. Il ne sera jamais loin d’une haie, pas très loin d’un bord d’eau.

Il cherchera sa nourriture au plus simple, limitera ses déplacements. Évidemment, il cherchera à se protéger de la température en restant dans les fourrés.

Vous aurez besoin d’un chien qui puisse farfouiller dans ces zones. C’est une des raisons qui fait que j’aime tant le griffon korthals. Non seulement c’est un superbe chien d’arrêt, très endurant, mais il a une capacité à explorer les zones difficiles supérieures au braque, et il ne craint pas le froid comme un pointer.

Oubliez les lâchers de faisan

Je me souviens d’une discussion avec un collègue de travail, ravi de nous raconter comme il avait tiré presque une centaine de cartouches en un après-midi sur des faisans qui étaient lâchés dans la nature.

En quoi ce massacre est-il de la chasse ?

En rien. Les animaux sont à peine développés, ils ne volent pas vite, et n’accélèrent pas fort. Ils ne connaissent pas la zone, et ne savent donc pas où se diriger pour s’abriter.

Ce pseudo chasseur aurait dû selon moi se rendre dans une cette foraine, et tirer à l’air comprimé + plomb sur des baudruches.

Au moins, il aurait gagné une peluche pour faire plaisir à ses enfants.

Où est le plaisir lorsque l’on rabaisse ainsi le gibier, pour en abattre lâchement des dizaines qui ne seront même pas mangées ?

Je préfère encore rater ma journée, ne rien ne croiser, que de pratiquer ce genre de tueries stupides qui ternissent l’image de notre loisir préféré.

En revanche, le jour votre chien lèvera le faisan, que vous entendrez ce bruit si caractéristique et si puissant, je sais que votre cœur se mettra à battre. Vous n’aurez que quelques secondes pour réussir votre tir. Puisque le faisan accélère si fort, tirer en queue-tête-pan a du sens sur un gibier qui vient d’être levé.

Par contre, si le faisan traverse l’espace à pleine vitesse devant vous, vous serez imbattable en pratiquant un tir en avance maintenue. Car sa vitesse et sa trajectoire de grandes chances d’être relativement constante.

Gratuit: téléchargez votre guide fusil de chasse

"Comment valider la conformité de votre fusil, et mieux tirer"

La méthode rapide, simple, et efficace qui vous permettra de valider la conformité de votre fusil et de toucher plus de gibier.

Pour recevoir votre guide gratuit, mettez votre email ici et cliquez sur le bouton vert:

Partagez